La plupart des femmes deviennent mères par accident, certaines par choix, d’autre sous la pression sociale, quelques-unes enfin par habitude.

Cette année, près de 100 000 femmes deviendront mères d’enfants handicapés.

Vous êtes-vous jamais demandé comment les mères d’enfants handicapés sont choisies ?

IMG_1064[1]

J’imagine Dieu, planant au-dessus de la Terre, choisissant avec grand soin les instruments pour Sa mission.

Tandis qu’il observe, il ordonne à ses Anges de prendre des notes dans un grand registre.

« Beth Armstrong : un fils. Saint Patron, Matthieu.  Marjorie Forrest : une fille. Sainte Patronne, Cecilia. Carrie Rudledge : des jumeaux. Saint Patron … donnez-lui Gérard, il a l’habitude d’entendre des jurons ! »

Pour finir, il donne un nom à un Ange et sourit : « donne-lui un enfant handicapé »

L’ange est curieux : « Pourquoi celle-ci, Seigneur ? Elle est si heureuse ! »

« Justement ! », dit Dieu en souriant. « Pourrais-je donner un enfant handicapé à une mère qui ne sait pas rire ? Ce serait trop cruel ! »

« Mais a-t-elle de la patience ? » demande l’Ange.

« Je ne veux pas qu’elle ait trop de patience, elle risquerait de s’apitoyer sur son sort et de désespérer. Quand le choc et le chagrin seront passés, elle saura s’adapter. Je l’ai observée aujourd’hui. Elle a cette force et cette indépendance qui sont si rares et si nécessaires pour une mère. Tu vois, l’enfant que je vais lui donner a son propre monde et ce ne sera pas facile. »

« Mais Seigneur, je ne suis même pas sûr qu’elle croie en vous ! »

Le Seigneur sourit : « Ça ne fait rien, je peux arranger ça. Celle-ci est parfaite. Elle a juste assez d’égoïsme »

L’ange sursaute : « de l’égoïsme ? Est-ce que c’est une vertu ? »

Le Seigneur acquiesce. « Si elle ne peut pas se séparer de son enfant de temps en temps, elle ne survivra jamais. Oui, voici une femme que je bénirai en lui donnant un enfant pas tout à fait parfait. Elle ne le sait pas encore, mais elle a de quoi être enviée. Elle ne prendra plus jamais pour acquis un seul mot prononcé. Elle ne considérera plus jamais une étape franchie comme ordinaire. Quand son enfant dira « maman » pour la première fois, elle aura conscience d’être témoin d’un miracle. Quand elle décrira un arbre ou un coucher de soleil à son enfant, elle verra ma Création comme il est donné à très peu de gens de la voir. Je lui permettrai de voir clairement les choses que je vois : l’ignorance, la cruauté, les préjugés … et je lui permettrai de s’élever au-dessus de tout ça. Elle ne sera jamais seule. Je serai à ses côtés chaque minute de chaque journée de sa vie, parce qu’elle fait mon travail comme si elle était ici près de moi. »

« Et qui sera son Saint Patron ? » demande l’Ange, la plume suspendue au-dessus de son registre.

Le Seigneur sourit : « un miroir fera l’affaire ».

 

Erma Bombeck