Hier, nous avions rendez-vous avec notre petit Gaboutchou, comme l’ont surnommé les crapauds, pour l’échographie morphologique du 2ème trimestre.

Gabriel


Son cœur sera examiné à nouveau le 5 août lors d’une écho pratiquée par la cardio-pédiatre pour vérifier l’état de sa "petite" malformation, et donc le médecin ne s‘est pas attardé dessus cette fois-ci. Mais tout le reste se présente bien : hormis la malformation cardiaque déjà dépistée, aucune des anomalies fréquemment rencontrées chez les bébés atteints de trisomie 21 n’a été décelée à ce stade, ce qui est bon signe. On retrouve certaines caractéristiques : fémurs et humérus plus courts que la moyenne, liquide amniotique un peu abondant, bébé plutôt petit … mais finalement rien de fondamentalement différent. On a vu ses mains s’agiter, on a compté ses doigts, admiré ses petits pieds … ce que font chaque jour des milliers de parents en découvrant leur bébé lors de l'échographie.

J’aime cette impression de normalité. Passé le moment de stress du départ, avec des réflexions intérieures du genre "pourvu qu’on ne découvre aucune mauvaise nouvelle", "est-ce que beaucoup de liquide, ça veut dire trop de liquide ?", "c’est une idée, où elle s’attarde à examiner le cerveau ?", le déroulement de l’échographie était somme toute assez semblable à ce que nous avions connu avec nos 3 grands.

J’ai bon espoir que ce moment préfigure un peu notre vie avec Gabriel : des particularités, certes, mais moins de différences que de similitudes avec ce que nous avons vécu avec nos aînés. Et je suis heureuse de dire que même si la trisomie est bien présente dans nos pensées et dans le suivi médical intensif que nous vivons, c’est d’abord un bébé, un petit garçon, NOTRE Gabriel que nous attendons. Comme le dit si bien Caroline Boudet, la maman de Louise « Ce 47e chromosome n'est pas ce qu'elle EST, c'est ce qu'elle A ».