eglise d'Epineuil

Eglise d'Epineuil-le-Fleuriel - Dessin Luce Lagriffoul

(sorry, pas de photos du mariage sur le blog sans autorisation des mariés !)

Il y a eu la semaine des préparatifs et cette atmosphère de ruche où chacun vaque là où ses talents et sa bonne volonté sont utiles, ce temps privilégié où deux familles apprennent à mieux se connaître au moment d'unir leurs enfants.
Il y a eu les tablées sous le vieux tilleul, de plus en plus grandes au fur et à mesure des arrivées, et les repas si joyeux.
Il y a eu les ateliers couture, les derniers boutons à fixer, les chapeaux à orner (ou à fabriquer ;o) !!), les bretelles de robes à ajuster, les petits points par-ci par-là pour que tout soit parfait.
Il y a eu le jardin à tondre et à ratisser, les plates-bandes à fleurir, les éclairages à remettre en état, les guirlandes de fanions et l'air de fête à donner à cette maison de famille qui allait accueillir son onzième mariage en près de 120 ans.
Il y a eu les retrouvailles des cousins, des amis, des grands-tantes, les nouveaux bébés, les "c'est pas possible ce qu'ils ont grandi", les "mais c'était quand la dernière fois !?".

Et puis il y a eu LE mariage, si heureux et si beau, dans la petite église où s'étaient unies 3 générations déjà ... la robe sublime cousue par Mamette, les mariés radieux et resplandissants, les rires et les confetti, les larmes d'émotion, la joie débordante, les chapeaux chics, les invités tirés à quatre épingles, la fête jusqu'au bout de la nuit ...

Ensuite nous avons filé plus au sud sous le chaud soleil de Figeac, visité des amis de toujours, marché dans la chaleur toride sur les chemins de Rocamadour, profité des instants trop rares auprès de Grand-Papa et Grand-Maman.

Puis nous sommes remontés à la Grand Maison où les tablées étaient toujours aussi nombreuses pour célébrer d'autres jeunes mariés et chanter avec eux à s'en casser la voix !

Et puis notre Papyot s'en est allé et d'ici quelques jours, la famille sera réunie à nouveau pour l'accompagner pour des vacances éternelles au bord de la mer, dans ce petit coin de Normandie qu'il aimait tant. Et nous épaulerons notre Mamoune, qui partageait sa vie depuis un peu plus de 65 ans et qui va maintenant devoir apprendre à vivre avec son souvenir ... 

Le coeur à la fête, le coeur à la peine ... c'est la vie !